Espace membre

Illustration: Les réponses aux 7 questions essentielles sur la retraite

29
nov.
2016

Les réponses aux 7 questions essentielles sur la retraite

Comprendre les principaux mécanismes qui régissent les retraites que chacun est en droit de percevoir est plus que jamais indispensable. S'y intéresser de près permet de piloter au mieux ses intérêts.



A quel âge peut-on vraiment prendre sa retraite?

En principe, à 62 ans. Mais cet âge n'est que théorique... Si l'on écarte d'emblée certaines situations particulières (longue carrière, personne handicapée ou personne qui s'inscrit dans un dispositif de pénibilité, par exemple) qui permettent le plus souvent une retraite anticipée dès 60 ans, l'âge légal de départ pour toutes les personnes nées en 1955 ou après doit aujourd'hui s'interpréter davantage comme un seuil à franchir que comme une autorisation de départ.


Le taux plein donne-t-il toujours droit à une retraite optimale ?

Le taux plein, qui est égal à 50 % du salaire annuel moyen (SAM), correspond, c'est vrai, au taux de calcul maximum de la pension de base des salariés du commerce, des services ou de l'industrie et des contractuels de la fonction publique (tous affiliés à la CNAV), des salariés et des non-salariés du secteur agricole (affiliés à la MSA) et des indépendants ou des chefs d'entreprise (affiliés au RSI).

Il est atteint au mieux à l'âge légal, si la personne a engrangé le nombre de trimestres requis pour sa génération, ou plus tard, ou à 67 ans (âge dit d'annulation de la décote) de façon automatique.
Mais contrairement à une idée reçue, le taux plein n'est pas le Graal de la retraite, car il ne fait pas tout. Outre le salaire annuel moyen retenu à hauteur du plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS), soit 38 616 euros pour 2016, il y a aussi, et surtout, la durée d'assurance de chacun qui entre en ligne de compte.

Partir avant le taux plein, est-ce pénalisant ?

Oui, car même si l'on atteint l'âge légal, le taux de calcul de la pension de base est minoré par le jeu d'une décote (-0,625 par trimestre manquant, dans la limite de 20 trimestres) et les pensions Arrco et Agirc le sont également, par le biais d'un coefficient dit « d'anticipation ».

Ce dernier est fonction soit du nombre de trimestres manquants pour le taux plein dans le régime de base, soit des années restant à courir avant l'âge du taux plein automatique : il est d'autant plus pénalisant que les retraites complémentaires représentent la majeure partie de la retraite globale d'un cadre.

Partir après  le taux plein, est-ce intéressant ?

Oui, dans la mesure où aucun cumul emploi-retraite n'est envisagé. Ce départ volontairement retardé une fois atteint l'âge légal et le taux plein permet de majorer le montant de la pension de base de +1,25 % par trimestre calendaire cotisé. D'ailleurs cotiser 4 trimestres de plus permettra, à l'avenir, d'échapper au malus de 10 % sur les retraites complémentaires Arrco et Agirc. Et cotiser 8, 12 ou 16 trimestres de plus que la date de son taux plein permettra d'engranger durant un an un bonus de 10 %, 20 % ou 30 % respectivement sur ces mêmes retraites complémentaires.

Dans le même temps, poursuivre son activité professionnelle au-delà du taux plein permet aussi d'accumuler des points en plus dans les régimes complémentaires Arrco et Agirc, donc d'obtenir, de façon viagère, des pensions plus élevées.

Enfin, lorsqu'on est à l'acmé de ses revenus et que cela n'a pas toujours été le cas au cours de sa carrière, sous réserve de travailler au moins une année civile de plus, la stratégie de la surcote peut rehausser sensiblement le montant du SAM (reflet des 25 meilleures années de la carrière), ce qui n'est pas négligeable.


Vaut-il mieux surcoter ou travailler à nouveau ?

Il est possible de retravailler après avoir fait liquider ses droits retraite, sans formalisme excessif et sous quelque forme que ce soit (indépendant, salarié...).

Lorsque la retraite de base est liquidée à taux plein, le cumul emploi-retraite est illimité : il n'y a aucun plafond pour les nouveaux revenus. Lorsque ce n'est pas le cas où lorsque l'on a fait valoir une longue carrière, les nouveaux revenus sont plafonnés à 160 % du SMIC ou à la moyenne des trois derniers mois de salaire. Pour Emmanuel Grimaud, président-fondateur de Maximis Retraite, « la surcote n'est pas suffisamment incitative puisqu'elle ne concerne que la retraite de base et non les complémentaires ».

Résultat : le cumul est souvent préférable.


Comment aménager sa fin de carrière ?

Il faut se pencher sur la retraite progressive, dispositif revu et corrigé début 2015 de façon intéressante puisqu'il permet de lever le pied dès 60 ans.

Pour y accéder, un salarié non cadre ou cadre - mais hors forfait jours - ou un indépendant doivent disposer d'une durée d'assurance d'au moins 150 trimestres et vouloir passer à temps partiel. Seul hic : la diminution du temps de travail (40 % minimum et 80 % maximum d'un temps plein) est soumise à l'accord de l'employeur (pour les indépendants, c'est la baisse de revenus qui est mesurée).

Si ce feu vert est donné, une partie des salaires perdus est compensée par le versement d'une pension de retraite dite « progressive », calculée selon les paramètres usuels. Lorsque les retraites sont définitivement liquidées, les droits acquis pendant la période de retraite progressive (qui peut durer dix ans) sont pleinement réintégrés.


Quand faut-il envisager un rachat de trimestres ?

« Il ne sert à rien de racheter des trimestres trop tôt au regard des évolutions de la réglementation, surtout si l'âge légal est repoussé », explique Valérie Batigne, fondatrice de Sapiendo-retraite.fr. Car si le rachat de trimestres (12 au maximum) a tout pour lui en apparence - l'intégralité des sommes déboursées étant déductibles du revenu global avec report du déficit éventuel sur les années suivantes -, il doit être en réalité appréhendé avec précaution.

D'abord, parce qu'il faut remplir certaines conditions : le rachat ne peut ainsi porter que sur des années d'études supérieures (fonctionnaires, salariés...) ou sur des années dont le nombre de trimestres validés est inférieur à 4 (salariés). Ensuite parce qu'il coûte cher : à 60 ans par exemple, en fonction des revenus annuels soumis à cotisations, un salarié doit débourser de 3 275 euros à 6 472 euros par trimestre selon l'option choisie (rachat du taux seul ou rachat en plus de la durée d'assurance).

Enfin, parce que la somme « investie » doit pouvoir immédiatement créer un surplus de pension non négligeable et surtout être amortie en moins de dix ans de préférence.


(Les Echos - Roselyne Poznanski - 25 Novembre 2016)



NDRL : Dans l’optique de préparer votre retraite, le Groupe Réside Études vous propose des investissements en résidences avec services de grande qualité pour assurer un complément de retraite sans aucun souci de gestion (sélection des locataires, état des lieux, gestion des quittances, paiement des charges, entretien…). Avec 28 ans d’expertise, le Groupe Réside Études gère plus de 27 000 logements, exploite plus de 230 résidences en France et plus de 20 000 investisseurs privés lui font déjà confiance. Le plus du Groupe : la garantie des revenus locatifs (4,25% en moyenne), protégeant parfaitement les propriétaires de tous les risques. Les loyers sont versés régulièrement conformément au bail de neuf ans signé avec le Groupe Réside Études et ses filiales. En fonction de la situation, l’investisseur peut également choisir l’option amortissement ou Censi-Bouvard.

Dernières actualités
Illustration: Les Français délaissent l’assurance-vie au profit de l’immobilier

28
nov.
2016

Dans le contexte de taux bas actuel, l’immobilier connait un regain de popularité auprès des Français. L’assurance-vie, dont le rendement ne cesse de s’éroder, est de plus en plus...

Lire la suite

Illustration: La pierre, ça dure !

21
nov.
2016

Rendements attractifs, volumes d’affaires en hausse… Les investissements locatifs se portent bien. Mais gare aux taux d’intérêt.

Lire la suite

Illustration: Journées Portes ouvertes attrayantes à la Girandière de L’Isle d’Abeau.

10
nov.
2016

Au cœur de la région Rhône-Alpes, La Girandière de L’Isle d’Abeau a ouvert ses portes aux visiteurs les 26 et 27 septembre derniers, de 10h à 17h30.

Lire la suite

Voir toutes les actualités

10 raisons d'investir avec Réside Études

  • Je dispose d'un investissement "clé en main"
  • Je dispose d'un revenu régulier sur le long terme
  • Je bénéficie d'un cadre fiscal très favorable

Découvrez les 10 raisons d'investir

Contactez-nous

Vous avez une question ?
Vous souhaitez plus d'informations ?

Contactez un conseiller au 01 53 23 25 95

Du lundi au jeudi : 9h30 - 18h45
et le vendredi : 9h30 - 18h15

Notre concept
LE MARCHÉ SECONDAIRE DU GROUPE RESIDE-ÉTUDES

1pierre2coups, la marque du Groupe Réside Etudes qui propose aux investisseurs

des produits immobiliers déjà en exploitation.

Espace membre

Le groupe Réside Études

Notre mission ? Réunir les meilleurs savoir-faire pour construire, valoriser et préserver votre patrimoine.

Par notre double métier de promoteur et de gestionnaire exploitant, nous vous proposons différents types d'investissements clé en main en résidences locatives gérées et vous garantissons une qualité et un encadrement privilégié. Que ce soit en résidences étudiantes, en résidences pour séniors ou en résidences de tourisme et d'affaires, nous vous assurons un investissement locatif sûr et pérenne.