En immobilier, s’endetter, c’est (encore) s’enrichir

En immobilier, s’endetter, c’est (encore) s’enrichir
Vendredi 21 février 2014

Des milliers de Français utilisent l’effet de levier du crédit pour se constituer un patrimoine ou extraire des liquidités de leurs actifs. Mais il faut que l’opération satisfasse à deux conditions : une capacité d’emprunt suffisante pour se faire prêter par une banque, et un taux d’emprunt inférieur au rendement du placement financé. La première condition dépend de la situation financière de chacun. Or bien des ménages aisés qui n’ont pas d’emprunt en cours ou ont partiellement remboursé leurs dettes ignorent qu’ils peuvent être endettés jusqu’à 35% de leurs revenus. Du coup, ils se contentent d’épargner classiquement. Erreur ! Un couple gagnant 65 000€ par an et endetté à 20% a une capacité de remboursement résiduelle de 750€ par mois, qui lui permet de se lancer dans un investissement à crédit de … 200 000€. En prenant l’hypothèse d’une revalorisation volontairement limitée à 1% par an, le bien  vaudra, au bout de quinze ans, 232 000€. À comparer à l’investissement des mêmes 750€ par mois sur une assurance-vie à 3% qui, elle, ne rapportera que 160 000€. Soit un gain de 70 000€ pour le couple « endetté ».


 (Challenges-Eric Tréguier)


NDLR. Le taux de rendement locatif garanti proposé par Réside Études est supérieur aux taux d’emprunt généralement constaté, rendant l’investissement immobilier locatif très attractif.


Vous avez trouvé ce contenu intéressant ?
Partagez-le !


Contactez-nous

Vous souhaitez plus d'informations sur nos programmes, les dispositifs fiscaux ou sur le Groupe Réside Études et vous cherchez des conseils personnalisés ?

Par mail ou par téléphone, prenez contact avec un conseiller qui vous écoutera et vous accompagnera dans votre réflexion d'investissement.