Les Français épargnent toujours plus et boudent les placements à risque

Les Français épargnent toujours plus et boudent les placements à risque
Jeudi 29 décembre 2016

Les taux faibles de la BCE auraient dû inciter les épargnants à prendre plus de risques.
Rien de tel en France, où les ménages ont une fois de plus privilégié les placements les plus sûrs.

Les épargnants français font de la résistance ! Alors que l'environnement de taux très faible devrait les inciter à cesser de thésauriser et à consommer davantage, l'épargne devrait finir l'année 2016 sur de nouveaux records, inédits depuis la crise financière. Selon des données compilées par BPCE, les Français ont ainsi mis de côté 43 milliards d'euros entre janvier et septembre (+10 % sur un an) hors titres (actions, obligations et OPCVM). Sur cette période de neuf mois, il faut remonter à 2008 pour trouver un montant de collecte supérieur. Les chiffres de la Banque de France - qui incluent les titres - suggèrent que, comme en 2015, la barre des 100 milliards d'euros mis de côté pourrait une nouvelle fois être atteinte. Au total, les Français restent, avec les Allemands, les plus grands épargnants en Europe. Conséquence logique, la machine à dépenser ne décolle pas. La consommation n'a pas connu de rebond spectaculaire en 2016, et a même stagné entre avril et décembre.

Logique patrimoniale

Mais pourquoi les ménages français se montrent-ils si insensibles à la politique monétaire de la BCE ? Loin des préoccupations pour le rendement de l'épargne, « ils se comportent d'une façon parfaitement rationnelle. Ils ont bien intégré les enjeux liés à l'allongement de la durée de vie : comme ils anticipent une baisse du niveau de protection sociale face à des enjeux multiples - qu'il s'agisse de dépendance, de retraite ou d'aide aux proches - ils privilégient une logique patrimoniale. Cela explique pour partie que le taux d'épargne reste si élevé dans la durée en France, autour de 14,5 % », reprend Alain Tourdjman. A ces préoccupations s'ajoutent une aversion « culturelle » pour les placements jugés trop risqués, et une grille de référence des taux déformée : les Français ont été habitués ces dernières années à conjuguer rendement sympathique et prise de risque faible. Difficile de changer de logiciel d'une année sur l'autre.

Les épargnants français vont-ils pour autant camper indéfiniment sur leurs positions ? Pas forcément. Les comportements commencent à évoluer. Selon des données compilées par BPCE, la collecte nette (dépôts moins retraits, et hors effets de valorisation) de l'assurance-vie en unités de compte (UC, placement plus risqué que le fonds en euros, NDLR) a ainsi totalisé 10 milliards d'euros net entre janvier et septembre, quasiment deux fois plus que les contrats en euros. Encore faut-il que cette tendance se confirme dans la durée.

(Les Echos - Edouard Lederer - 22 Décembre 2016)

NDRL : Avec 28 ans d’expertise, le Groupe Réside Études gère plus de 27 000 logements, exploite plus de 230 résidences en France et plus de 20 000 investisseurs privés lui font déjà confiance. Il propose des résidences avec services de grande qualité situées sur des emplacements stratégiques pour pérenniser l’investissement. Le plus du Groupe est la garantie des revenus locatifs (4.25% en moyenne), protégeant parfaitement les propriétaires de tous les risques : les loyers sont versés régulièrement conformément au bail de neuf ans signé avec le Groupe Réside Études et ses filiales. En fonction de sa situation, l’investisseur peut choisir l’option amortissement ou Censi-Bouvard pour alléger ses impôts.


Vous avez trouvé ce contenu intéressant ?
Partagez-le !


Contactez-nous

Vous souhaitez plus d'informations sur nos programmes, les dispositifs fiscaux ou sur le Groupe Réside Études et vous cherchez des conseils personnalisés ?

Par mail ou par téléphone, prenez contact avec un conseiller qui vous écoutera et vous accompagnera dans votre réflexion d'investissement.