Livret A et LDD, deux réformes qui passent quasi inaperçues pour les épargnants

Livret A et LDD, deux réformes qui passent quasi inaperçues pour les épargnants
Jeudi 29 décembre 2016

Le LDD devient « solidaire », le calcul du taux du Livret A évolue. Des changements à la marge pour ces livrets réglementés boudés ces derniers mois.

Pour le deuxième mois consécutif, les épargnants ont puisé dans leurs Livret A et LDD (Livret développement durable). Ils ont retiré 1,55 milliard d’euros sur le seul mois d’octobre, selon les chiffres de la Caisse des dépôts. Ramenant ainsi à la portion congrue – 140 millions d’euros – la collecte nette enregistrée depuis le début de l’année. Si ce mouvement se poursuit, les deux livrets réglementés enregistreront en 2016 une troisième année consécutive de décollecte.

Il faut dire que leur taux de rémunération, 0,75 % net d’impôt par an, ne motive plus les particuliers, qui ont tendance à thésauriser en laissant leurs économies sur leur compte courant. Résultat : plus de 400 milliards d’euros dorment actuellement sur les dépôts à vue, un niveau en hausse de 25 milliards sur les neuf premiers mois de l’année, indique la Banque de France. Et ce ne sont pas les deux réformes récentes des modalités de ces deux livrets qui devraient bouleverser cette donne.

Nouvelle formule pour le Livret A

Du côté du Livret A, une modification du mode de calcul du taux a été présentée par le gouvernement début novembre. Et la nouvelle formule s’avère moins généreuse que l’ancienne. Jusqu’ici, on se basait sur la moyenne entre les taux interbancaires (Eonia et Euribor 3 mois) et le niveau de l’inflation (variation sur les douze derniers mois connus). Ou sur l’inflation majorée de 0,25 point, lorsque ce calcul s’avérait plus favorable.

Désormais, cette majoration de 0,25 point ne sera réalisée que si le niveau de l’inflation ne dépasse pas d’un quart de point les taux d’intérêt. Autre nouveauté : inflation et Eonia, les deux indices servant au nouveau calcul du taux du Livret A (l’Euribor n’est plus pris en compte), sont lissés sur six mois. Pour l’inflation par exemple, c’est maintenant la moyenne semestrielle de la variation sur les douze derniers mois connus qui compte.

Ce lissage semestriel a officiellement pour objectif « de prévenir toute variation brutale ». Une modification qui intervient, étrangement, juste au moment où l’inflation devrait s’accélérer, ne serait-ce que par la prise en compte de l’évolution des prix des matières premières…

Avec cette nouvelle formule, le taux théorique du Livret A serait de 0,25 %, mais le gouvernement s’est d’ores et déjà engagé à maintenir les 0,75 % jusqu’au 1er août 2017. Au-delà, il aura toujours, comme auparavant, la possibilité de déroger à la formule pour fixer librement le taux.

Le LDD gagne un « S » en 2017

Le LDD aussi vient de voir son fonctionnement modifié. Intégrée dans la loi Sapin 2, adoptée par le Parlement le 8 novembre, cette réforme passera toutefois encore plus inaperçue pour les épargnants. Si la dénomination évolue au 1er janvier 2017, pour Livret de développement durable et solidaire (LDDS), rien ne changera ou presque dans les faits puisque le taux de rémunération demeure identique à celui du Livret A et que le plafond de versement est maintenu à 12 000 euros.

La différence : les banques proposeront chaque année aux détenteurs de donner une partie des sommes de leurs LDDS à des entreprises ou à des associations du secteur de l’économie sociale et solidaire. En retour, ils bénéficieront des traditionnelles réductions d’impôt liées aux dons.

(Le Monde - Johan Deschamps - 21 Décembre 2016)

NDLR : Plus que jamais, l’investissement en résidence services avec le Groupe Réside Études est pertinent avec un taux de rémunération garanti de 4,25 % HT/HT (1). Le plus du Groupe est la garantie de ces revenus locatifs protégeant parfaitement les propriétaires de tous les risques : les loyers sont versés régulièrement conformément au bail de neuf ans signé avec le Groupe Réside Études et ses filiales. En fonction de la situation, l’investisseur peut choisir l’option amortissement ou Censi-Bouvard.

(1) Jusqu'à 4,25 % HT/HT. Taux proposé au 01/12/2016, selon les stocks disponibles. Revenus nets de charges d'entretien, selon les conditions du bail commercial proposé par le Groupe Réside Études et ses filiales, hors impôts fonciers et taxe d'ordures ménagères, et dans le cadre de la Location Meublée Non Professionnelle (LMNP).


Vous avez trouvé ce contenu intéressant ?
Partagez-le !


Contactez-nous

Vous souhaitez plus d'informations sur nos programmes, les dispositifs fiscaux ou sur le Groupe Réside Études et vous cherchez des conseils personnalisés ?

Par mail ou par téléphone, prenez contact avec un conseiller qui vous écoutera et vous accompagnera dans votre réflexion d'investissement.