Pourquoi les rendements de l'assurance-vie vont encore baisser

Pourquoi les rendements de l'assurance-vie vont encore baisser
Mercredi 17 janvier 2018

Le taux moyen du marché versé aux épargnants devrait tomber sous les 1,50 % en 2018, contre 1,80 % en 2017. Le superviseur pousse les assureurs à renforcer leurs réserves.

Les épargnants savent déjà à quoi s'en tenir. Année après année, ils voient les fonds euros de leurs contrats d'assurance-vie leur rapporter de moins en moins. Sauf exceptions, il en sera de même en 2018 pour les rémunérations servies au titre de 2017.

Des premières baisses franches

Signe qui ne trompe pas, les assureurs ne se précipitent pas pour communiquer sur le sujet cette année, alors qu'auparavant certains donnaient leurs taux dès le mois de décembre. La GMF et la MAAF ont toutefois déjà discrètement indiqué les performances de leurs contrats phare.

Dans les deux cas, la baisse est franche par rapport à l'année dernière : -0,50 point de base pour le contrat Winalto de MAAF, à 1,85 %, et -0,40 point de base pour le Support Régulier du contrat Multéo chez GMF, à 2,10 %.

Pour 2017, nous devrions être à 1,48 % en moyenne

Ces premiers taux donnent une indication sur l'ampleur à venir de la baisse. En 2017, le taux moyen du marché servi au titre de l'année 2016 était déjà passé sous la barre symbolique des 2 %, pour tomber à 1,80 %, selon les données de la Fédération Française de l'Assurance. Pour 2018, « nous devrions être à 1,48 % en moyenne. Les meilleures performances se situeront sans doute aux alentours de 2,50 % à 2,60 %. », pronostique Cyrille Chartier-Kastler, président de Facts & Figures et de Good Value for Money.

Les assureurs appelés à la modération

Dans un contexte de taux d'intérêt très bas, l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) n'a en effet pas desserré sa pression , appelant les assureurs « à la modération » dans la fixation du taux de revalorisation de leurs contrats euros composés majoritairement d'obligations. « Le marché doit prioritairement s'attacher à constituer les provisions qui lui permettront de faire face à ses engagements quelles que soient les circonstances », avait ainsi martelé de nouveau fin novembre Bernard Delas, le vice-président de l'ACPR.

(Les Echos, Laurent Thévenin, 8 janvier 2018)


NDLR :
Avec des taux en baisse constante, l’assurance-vie n’est plus synonyme de sécurité. Il existe cependant un placement sûr et sans risque, proposant jusqu’à 4,25 % HT/HT (1) de revenus garantis : l’investissement immobilier locatif en résidence services avec le Groupe Réside Études. En choisissant cet investissement, vous serez parfaitement protégés de tous les risques, les loyers étant versés que le bien soit occupé ou non. Avec 29 ans d’expertise, le Groupe Réside Études gère plus de 31 000 logements et plus de 21 000 investisseurs privés lui font déjà confiance.


(1) Taux proposé au 01/01/2018, selon les stocks disponibles. Revenus nets de charges d’entretien, selon les conditions du bail commercial proposé par le Groupe Réside Études et ses filiales, hors impôts fonciers et taxe d’ordures ménagères, et dans le cadre de la Location Meublée Non Professionnelle (LMNP).


Vous avez trouvé ce contenu intéressant ?
Partagez-le !


Contactez-nous

Vous souhaitez plus d'informations sur nos programmes, les dispositifs fiscaux ou sur le Groupe Réside Études et vous cherchez des conseils personnalisés ?

Par mail ou par téléphone, prenez contact avec un conseiller qui vous écoutera et vous accompagnera dans votre réflexion d'investissement.