Préparer sa retraite, les Français n'y pensent pas, à tort

Préparer sa retraite, les Français n'y pensent pas, à tort
Mercredi 19 juin 2013

Les ménages français sont peu ou mal préparés à la retraite. Pourtant, de nombreuses solutions existent, comme l'immobilier locatif. Des solutions qu'il faut mettre en place suffisamment tôt pour qu'elles puissent compenser la perte de revenus au moment de la cessation d'activité.


La deuxième conférence sociale convoquée par le Premier ministre pour le mois de juillet devrait être l'occasion de lancer les bases d'une nouvelle réforme des retraites. Les pistes évoquées à ce propos sont assez classiques : allonger la durée de cotisations et/ou les augmenter, ou encore diminuer d'une façon ou d'une autre les pensions. Mais, quelle que soit l'orientation retenue, elle aura pour conséquence une baisse des taux de remplacement.

Déjà, ces derniers sont bien inférieurs à ceux qui sont anticipés par les ménages français. Ces derniers tablent en effet sur une baisse de leur revenu à la retraite comprise dans une fourchette entre 20 et 30% de leur dernier salaire. Un niveau bien au-dessus de la réalité. Pour les cadres par exemple, les taux de remplacement sont plutôt proches de 50 %. Or cette surestimation se traduit par une absence de préparation des ménages à cette échéance.


Le choix pertinent de l'immobilier


Pourtant, dès lors que le budget peut le permettre, de nombreuses solutions existent, qu'elles soient ou non dédiées spécifiquement à la retraite. Parmi ces outils, l'un des plus intéressants est l'immobilier. Il est d'ailleurs plébiscité par les ménages qui misent souvent exclusivement sur cette classe d'actifs.
L'immobilier peut également servir à se constituer une rente. Le plus efficace pour se préparer à la retraite est d'investir dans l'immobilier locatif car il permet de se constituer un capital avec un effort d'épargne réduit. Les particuliers peuvent recourir au crédit tandis que les loyers perçus peuvent être utilisés pour le rembourser.
Dans le contexte actuel de taux d'intérêt bas, l'équation devient très favorable aux épargnants et cela d'autant plus que de nombreux investissements peuvent être défiscalisés.


A 40 ans, c'est bien... A 50, c'est un peu tard...


Quelle que soit la (ou les) solution retenue, il est impératif de commencer à épargner tôt.  Dès 40 ans, il faut commencer à investir de façon diversifiée afin de se constituer un complément retraite. À 50 ans, quand la plupart des épargnants commencent à le faire, c'est un peu tard, d'autant plus s'ils ont des enfants en âge d'entreprendre des études supérieures qui mobilisent en grande partie leur capacité d'épargne. L'effort d'épargne est ainsi proportionnel à sa durée. Des efforts soutenus et à long terme sont donc nécessaires.


NDLR : En investissant avec le Groupe Réside Etudes, vous vous constituerez un patrimoine immobilier et financier, qui vous assurera, dans le cadre de la Location Meublée Non Professionnelle (LMNP), un complément de retraite très appréciable.


(La Tribune - Rachel Montero - 7 juin 2013)


Vous avez trouvé ce contenu intéressant ?
Partagez-le !


Contactez-nous

Vous souhaitez plus d'informations sur nos programmes, les dispositifs fiscaux ou sur le Groupe Réside Études et vous cherchez des conseils personnalisés ?

Par mail ou par téléphone, prenez contact avec un conseiller qui vous écoutera et vous accompagnera dans votre réflexion d'investissement.